Mots-clefs

13

Oracle Cristal « L’Épousé »

Sens et valeur
Toi, le masculin de l’homme, tu as toujours cherché, recherché, avec âpreté et violence souvent, ta part complémentaire, opposée, si différente. Tu as bataillé, guerroyé. Tu t’es trahi et a trahi pour des illusions fugitives aux relents douteux, fumeux. Tu t’es fait moine, yogi pour sublimer le phantasme, éteindre ton désir d’elle, accepter ta solitude si effrayante même avec la présence du divin quelquefois si proche. Mais une part de toi restait en berne, ton corps se mourrait de ne pas être touché par des mains plus que bien-aimées. Tu as chassé ce manque comme on chasse des mouches d’un visage mais obstiné il revient t’assaillir; elle, elle, elle.
De nombreux mythes des origines affirment que nous étions hermaphrodites, puis il y a eu séparation, division des sexes ; depuis ce temps là, nous recherchons consciemment ou inconsciemment notre part plus que siamoise, notre autre nous-même. Fusionner à nouveau et sentir le bonheur d’être entier, Un et si radicalement différent. Le masculin de l’être entre en effervescence, en activité ; avec une agitation presque névrotique pour pallier à ce manque au goût de gouffre dans lequel il pourrait se perdre, il cherche. Tu connais ce jeu, philippin, philippine?
(…) Qui ne cherche pas son âme-soeur, son âme-coeur, ce parfum en l’âme d’être revenu en paradis ? Seul celui qui croit l’avoir déjà rencontré ! N’oublie pas que ces épousailles que tu espères se font en toi, depuis l’origine. Au fond, aucune force n’a jamais pu séparer définitivement ce que Dieu a uni. Cette célébration que tu espères se fait en toi, quand s’unissent le féminin et le masculin de ton être, enfin et à nouveau en amour. Cela appelle un témoin, celui qui sait, celui qui est au delà de toutes religions. Ce témoin a participé à tant et tant d’unions, sous toutes les latitudes et avec toujours la même attitude, il est si pur, si vrai que tous se tournent vers lui pour que les noces commencent ; il est là, simplement, purement, humblement, tellement doux que tous pleurent, c’est le christ, témoin des noces, et l’homme en quête devient l’Épousé.

Parole Intime
Je suis l’Épousé, le principe masculin de toi, l’homme avec qui tu partages ton intimité, celui que tu vas rencontrer… L’Épousé.
Si je te suis cela, c’est que déjà est inscrit en moi la forme de toi, l’exacte conjonction de notre union. Il y a tes creux, il y a mes bosses et leur parfaite coïncidence !
Alors, regarde-moi du dedans. Cesse de vouloir me changer, me parfaire, me limer dans les coins, m’arrondir dans les angles. Cesse cela qui n’a jamais servi à rien, qui me rebiffe et me referme. Et aime-moi du plus pur de toi. Aime-moi comme tu l’aimes Lui, d’une manière si divine qu’il s’illumine de toi. Offre-moi ce que tu espères, seul cela m’incarne à ma juste place. Je deviens alors le pur et doux, pour toi, l’homme juste.
Tu as cherché à me féminiser pour que je te comprenne, te ressente. Tu m’a voulu comme toi mais quelque chose te manquait, ma différence, l’homme que je suis. Le masculin en sa splendeur d’aimer, en son action pure, en son verbe juste.
Aujourd’hui, je suis l’Épousé. Je cesse d’être celui que tu cherches, que tu attends, que tu crées à défaut de… Je te deviens réel. Tu te creuses à l’encontre de mon amour de toi, ce qui te rend si absolument féminine que j’en tremble de merveille. Je suis ton épousé, envoyé du ciel en tes terres intimes pour que naisse l’amour tel qu’il n’aurait jamais du cesser d’être : absolu. En ton profond je m’incline de mille façons. Je te baise, te fais l’amour, t’honore, t’accompagne, te parle, t’enveloppe,
t’élève, te goûte, te porte, t’offre à la vie et t’aime, t’aime à en trouver le souffle. Le seul souffle, quand Dieu respire. Et on l’entend dire oui, définitivement oui.

Publicités